RURALITE
Les propositions des élus locaux pour la revitalisation territoriale

Privilégier le soutien financier aux communes en déprise, inciter à l'embauche de personnes au RSA et capter davantage de fonds Feader. Telles sont les principales propositions des élus locaux pour permettre la revitalisation rurale.

Les propositions des élus locaux pour la revitalisation territoriale
Dominique Dhumeaux, premier vice-président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF) : « Les soutiens financiers accordés via les politiques publiques doivent bénéficier aux communes rurales « qui en ont le plus besoin ».

À l'occasion d'une table ronde organisée par la commission aménagement du territoire du Sénat, le 7 avril, les représentants de trois associations d'élus locaux ont formulé leurs recommandations pour développer l'attractivité économique des territoires ruraux. Pour le premier vice-président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF), Dominique Dhumeaux, « les soutiens financiers accordés via les politiques publiques doivent bénéficier aux communes rurales qui en ont le plus besoin » : qu'il s'agisse des avantages fiscaux et allègements de charges dans les zones de revitalisation rurales (ZRR), de la dotation de solidarité rurale (DSR), de la dotation de soutien à l'investissement local (DSIL) ou de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR). Il a également appelé à une harmonisation des règles d'attribution de la DSIL et de la DETR dans tous les départements.

Davantage d'accès aux fonds européens

De son côté, le président du conseil départemental de l'Aisne, Nicolas Fricoteaux, appelle à créer une dotation supplémentaire aux ZRR pour y déployer le réseau fibre optique. En matière d'emploi, il propose de faciliter l'embauche locale de personnes touchant le RSA pendant « une période d'immersion ou d'adaptation de la personne aux exigences du poste et du recruteur » qui durerait « une année ou peut-être deux ». Durant ce temps, l'employeur bénéficierait d'une « réduction du coût du poste qui serait équivalente au coût du RSA » grâce à la « participation dégressive des départements et pourquoi pas de l'État ». Des réflexions à mener « qui permettraient de réduire certaines difficultés sociales et en même temps de réduire certaines difficultés de recrutement », a souligné Nicolas Fricoteaux devant la commission.

La co-présidente de la commission des communes et territoires ruraux de l'Association des maires de France (AMF), Karine Gloanec-Maurin, a appelé les élus locaux à capter davantage de financements européens. « Nous devons réclamer, nous, les territoires ruraux, l'accès de manière plus large aux dispositifs et aux programmes Feader ou Leader, qui accompagnent le développement : non seulement pour accompagner bien sûr l'agriculture [...] mais aussi pour accompagner le développement rural et l'avenir des territoires ruraux », a-t-elle déclaré.

L.M

village rural
Lors d'une table ronde organisée par la commission aménagement du territoire du Sénat, le 7 avril, les représentants de trois associations d'élus locaux ont formulé leurs recommandations pour développer l'attractivité économique des territoires ruraux.