ACTIONS SYNDICALES
Une mobilisation massive et un rendez-vous chez le ministre en début de semaine

Jeudi 25 mars, près de 5500 agriculteurs et 700 tracteurs ont manifesté à Lyon et à Clermont-Ferrand pour réclamer la juste rémunération de leur production. En pleines discussions sur la future Pac, les organisations syndicales FRSEA et Jeunes Agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, qui avaient appelé à manifester, ont également réclamé des soutiens européens qui soient plus équilibrés et qui favorisent les femmes et les hommes et non les hectares. Un rendez-vous a été obtenu avec le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, en début de semaine prochaine.

Une mobilisation massive et un rendez-vous chez le ministre en début de semaine
A Lyon ce jeudi 25 mars, plus de 500 agriculteurs et 200 tracteurs ont occupé la place Bellecour pour réclamer des prix et une Pac plus équilibrée. ©SD

« Cela fait plus de vingt ans que nous attendons des prix à la hauteur de nos coûts de production ! Il faut trouver une vraie solution pour les agriculteurs ! », a clamé le président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, Michel Joux, en direct de la place Bellecour à Lyon ce jeudi 25 mars. A l’appel des organisations syndicales FRSEA et Jeunes agriculteurs Aura, plus de 5000 agriculteurs et 500 tracteurs ont convergé sur Clermont-Ferrand et plus de 500 agriculteurs et 200 tracteurs sur Lyon, dès le début de matinée. Du côté de Lyon, des convois du Rhône et de la Loire s’étaient rassemblés à l’entrée Nord de la ville. D’autres de l’Ain et des Savoie ont emprunté l’entrée Est de la Métropole. Ils ont été rejoints par des agriculteurs de la Drôme, de l’Isère, du sud du Rhône et de l’Ardèche qui sont arrivés par l’autoroute du Sud.

Des prix et une Pac équilibrée

Les revendications ont porté avant tout sur le prix et la Pac, dont la réforme à venir inquiète les agriculteurs de notre région, particulièrement les secteurs de l’élevage. « Nous voulons que tous les agriculteurs puissent vivre de leur travail », a lancé à la tribune place Bellecour, Jordan Magnet, secrétaire général des JA Aura. « Nous avons des revendications qui sont très fortes, a soutenu Michel Joux : le prix et la Pac, autrement dit un revenu décent qui nous manque depuis trop longtemps ».

Sur le prix, tout d’abord : si une loi a été promulguée à l’issue des Etats généraux de l’Alimentation, celle-ci n’est pas assez « coercitive », a insisté le président de la FRSEA. Il faut passer à une deuxième phase et qu’enfin les coûts de production soient intégrés dans le prix final des produits, ont porté les agriculteurs. Concernant la future Pac, dont la stratégie nationale (PSN) dévoilée il y a quelques jours par la DGPE (ministère de l’Agriculture) effraie les secteurs d’élevage, la mobilisation a confirmé son attachement à une Pac équilibrée, qui favorise « les femmes et les hommes et non les hectares ». Mais ne nous y trompons pas, ont rappelé certains, « la Pac est très importante, mais le prix est l’avenir de notre agriculture », a notamment soutenu Adrien Bourlez, le président de la FDSEA de l’Ain.

Un rendez-vous à Paris la semaine prochaine

En début d’après-midi, à Lyon, une délégation de responsables FRSEA et JA a été reçue par le préfet de Région, Pascal Mailhos. La veille, ils s’étaient entretenus par Visioconférence avec le directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Agriculture, Benoît Bonaimé. Après 30 minutes de discussion en préfecture, les syndicalistes ont obtenu un rendez-vous avec Julien Denormandie pour le début de semaine. « Faisons-lui confiance quelques jours, mais quelques jours seulement », a prévenu Michel Joux, promettant, si le ministre de l’Agriculture devait ne pas respecter « ses engagements verbaux » de revenir et, cette fois-ci, de taper bien plus fort.

Sébastien Duperay

Le départ des tracteurs

Une mobilisation massive à Lyon

Des prises de parole succeccives

De nombreux messages portés par les manifestants...