NUMERIQUE
Très haut débit : un déploiement en bonne voie

Le déploiement du très haut débit est un enjeu majeur pour le territoire. Objectif : près de 290 000 prises construites d’ici fin 2021.
Très haut débit : un déploiement en bonne voie

Réuni en assemblée générale le 16 mars, le syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain (SIEA) a présenté la dernière version de la carte relative à la couverture de la France en matière de très haut débit. Force est de constater que notre département y figure en bonne place.
« L'Ain est fort bien dessiné sur cette carte et peu nombreux sont les territoires, hormis les métropoles parisiennes et lyonnaises, qui sont à notre niveau », soulignait son président Walter Martin. Et de poursuivre : « Notre département est, avec presque 90 000 prises et ses 32 000 abonnés, en pointe dans l'accès au numérique et au très haut débit pour nos citoyens. Cette carte appelle également notre vigilance, car nous ne sommes plus les seuls ; tous les territoires ont aujourd'hui entrepris de lancer leur programme de très haut débit ».
La dernière audition en date du SIEA (le 5 octobre 2017) devant le Comité de concertation France très haut débit (CCFTHD) s'était soldée par un avis favorable de ce dernier au projet de l'Ain, assorti toutefois de certaines réserves. « Nous avons travaillé d'arrache-pied pour répondre aux exigences exprimées », poursuit Walter Martin. En a résulté la création d'un comité de pilotage réunissant les co-financeurs du projet fibre et la mise en place d'un « tableau de bord » constitué d'indicateurs financiers, techniques, quantitatifs et qualitatifs témoignant de l'efficience de la construction du réseau ainsi que de la qualité de service de son exploitation. C'est aussi la confirmation d'un dispositif de conception – réalisation intégrant au sein d'une même entité les études et la construction du réseau (l'objectif visé étant de donner une dimension plus industrielle à la production des prises). Le syndicat a également répondu à l'exigence d'une réflexion sur l'évolution du mode juridique d'exploitation du réseau et travaille actuellement à la maîtrise de la trajectoire d'endettement du projet et de sa soutenabilité.

Prochaine audition prévue le 12 avril

Le SIEA présentera à nouveau son projet le 12 avril prochain devant le CCFTHD. « L'objectif de cette audition est de lever les réserves qui avaient été exprimées en octobre dernier et de permettre ainsi à la mission France très haut débit de présenter notre dossier au comité d'engagement du premier ministre. Je souhaite faire part au CCFTHD de la grande solidarité qui anime le territoire de notre département : communes, intercommunalités, Département, Région... pour que ce projet soit un succès au service de nos concitoyens », a souligné Walter Martin. L'occasion pour Jean Deguerry, le président du conseil départemental de rappeler tout son soutien au projet : « Ma priorité est à la construction des prises. C'est un enjeu territorial. Le département a pris ses responsabilités et se prononcera lors de sa session d'avril sur son soutien de 3 M€ par an pendant dix ans. Le conseil départemental a également décidé d'apporter sa garantie sur les emprunts du SIEA ». Etienne Blanc, premier vice-président de la Région, a quant à lui rappelé que les financements de la Région « seront calés sur le nombre de prises, à raison de 150 € par prise », tout en précisant : « aujourd'hui nous avons environ 5 M€ d'avance. La responsabilité de la Région est de vous accompagner financièrement ; le choix d'exploitation reste une décision souveraine du SIEA ». Walter Martin a également rappelé le souhait des présidents d'intercommunalités « de contribuer très sensiblement au projet, non seulement au titre de leur compétence économique mais également dans un objectif affiché de solidarité aux territoires qu'ils ont en charge ».

77 M€ attendus de l'Etat

Enfin, dernier enjeu de taille : l'obtention des 77 M€ de subventions de l'Etat. Régis Baudoin, directeur de la mission France Très Haut Débit, présent à l'assemblée générale du SIEA, s'est montré optimiste sur le sujet : « Ce rendez-vous du 12 avril est prometteur, car vous avez mis en place un dispositif crédible de construction des prises et de déploiement du réseau. La mission Très Haut Débit a une dette à l'égard du SIEA parce que vous avez été les premiers à fixer le cap de la fibre optique pour l'ensemble de ce territoire. Parce que vous étiez pionniers et que peut-être vous avez donc rencontré plus d'obstacles que d'autres. La décision finale de financement interviendra au mois de juin lors du passage en comité d'engagement. Je tiens à exprimer toute la confiance que nous avons dans l'équipe présidée par Walter Martin. C'est une tâche herculéenne que de déployer ces réseaux ! ».

Patricia Flochon

 

 Zoom sur...

Calendrier des travaux : où en est-on ?

« Aujourd’hui la priorité des priorités, c’est la construction de presque 200 000 prises pour fibrer le département d’ici fin 2021. Une trentaine d’opérateurs, dont deux nationaux et nous l’espérons bientôt trois ou quatre, sont présents et commercialisent avec succès leurs offres sur le réseau », rappelle Walter Martin.
Les chiffres clés du réseau [email protected] :
• 87 750 prises raccordables FTTH dans les communes ouvertes (1/3 des habitants et des professionnels de l’Ain éligibles à la fibre – 147 zones d’activité éligibles)
• 31 740 abonnés en service FTTH, dont 1 500 professionnels (taux de pénétration moyen : 36,2 %)
Objectif : 287 000 prises raccordables fin 2021. Construction de 31 400 nouvelles prises d’ici fin 2018 (61 nouvelles communes éligibles). Situation de déploiement fin 2018 : 116 450 prises, 275 communes ouvertes/travaux finalisés.
P.F.